VIAGRA, CIALIS, LEVITRA: Traitement de la dysfonction érectile en France

L’impuissance est l’impossibilité de mettre ou de maintenir la verge en érection. Mais cela peut aussi se qualifier comme l’impossibilité physique d’aboutir à une relation sexuelle satisfaisante par manque de rigidité de la verge. Ce trouble érectile peut être une simple panne ce qui ne présente pas de gravité, mais peut instaurer dans l’esprit de l’homme un doute sur sa capacité à accomplir un acte sexuel. C’est la répétition de ces pannes, leur installation dans la durée qui fait que l’on devient impuissant.

On parle désormais d’insuffisance érectile de difficultés érectiles, de trouble de l’érection ou de dysfonction érectile. Ce problème est fréquent et touche environ 20 % des hommes de plus de 50 ans.

Voici quelques chiffres qui illustre bien le problèmes de l’impuissance aujourd’hui :

• 42% des hommes de plus de 35 ans déclarent avoir eu des pannes sexuelles
• 32% des hommes de plus de 40 ans ont des problèmes d’érection
• 42% des hommes de 60 à 69 ans ont au moins un rapport sexuel par semaine
• Après 75 ans, un quart des hommes sont actifs sexuellement
• 64% des hommes et 37% des femmes de 40 à 80 ans déclarent que la sexualité est un centre d’intérêt important

Les causes de l’impuissance

Cause médicales fréquentes et rares:

  • L’alcool
  • Les médicaments contre l’hypertension, les neuroleptiques , les anxiolytiques , les antiulcéreux
  • L’âge : c’est la plus grande cause de difficulté érectile : la circulation artérielle et veineuse est moins efficace, ce qui limite l’afflux de sang dans les corps caverneux.
  • La sclérose en plaques donne assez tardivement une impuissance
  • La cirrhose du foie témoin d’un alcoolisme chronique peut être responsable d’impuissance
  • La leucémie et d’une manière générale beaucoup de maladies hématologiques
  • Le diabète
  • La prostatite

Les causes psychiques:

  • Diminution de la libido conjoncturelle ou d’ordre psychologique;
  • Problèmes conjugaux;
  • Dépression nerveuse;
  • Absence ou diminution de l’orgasme qui entraîne une perte du désir;
  • Anxiété majeure;
  • Certaines névroses;

Les traitements

  • Le traitement médical est proposé en première intention par le médecin. Un médicament mis sur le marché en 1998, le Sidénafil, donne de bons résultats. Il agit sur les fibres musculaires lisses de la verge, pour empêcher d’agir la substance qui commande la fin de l’érection.
  • Aujourd’hui, 3 produits sont proposés : le Viagra qui a révolutionné le traitement de ce problème. Il agit en 1 heure environ. Deux autres médicaments sont le Cialis et le Lévitra. Les effets indésirables sont peu importants et variables selon les personnes : nausées, petits malaises bénins, vertiges. Tous ces médicaments ont des différences.
  • Plus ancien, le chlorhydrate d’apomorphine a retrouvé une nouvelle jeunesse avec les produits dérivés : Xsense et Uprima sont des comprimés déposés sous la langue, avec un effet en 18 à 20 minutes avant l’acte sexuel. Ils agissent au niveau du cerveau en stimulant les zones responsables de l’érection et de l’excitation. Un autre médicament en expérimentation, le vardénafil (Levitra) semble très prometteur.
  • Le soutien psychologique par le médecin est fondamental, de façon à permettre à la personne d’évacuer son anxiété, laquelle majore considérablement l’érection et sa qualité. C’est là en particulier où le rôle du sexologue est important.
  • Les injections intracaverneuses de produits qui déclenchent une érection.
  • Les interventions très délicates au niveau même de la verge.
  • La mise en place de prothèses en particulier gonflables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *