L’asthme chez l’enfant. Traitement

L'asthme chez l'enfant

L’asthme chez l’enfant

Quelle est la maladie chronique la plus fréquente chez les jeunes en France ? L’asthme, avec environ 10 % des enfants d’âge scolaire et des jeunes adolescents touchés. C’est une cause importante d’absentéisme chez les adolescents, non ou insuffisamment traités. On estime que 2 à 4 % d’entre-eux font une crise grave par an.

Non seulement l’asthme peut arriver à tout âge, mais il est de plus en plus précoce. Identifiez-le et soignez-le immédiatement. Pourquoi ? Parce qu’un asthme mal contrôlé peut provoquer des anomalies irréversibles. Traitez un jeune asthmatique précocement, vous préservez ses fonctions respiratoires.

  • Quel impact sur la vie quotidienne ?
  • Oui au sport !
  • Non au tabac !
  • Difficile de se plier à la règle !
  • A chacun son traitement !

Quel impact sur la vie quotidienne ?
Principaux facteurs déclenchants de l’asthme chez l’enfant ? Les allergènes, les virus, l’exercice physique pratiqué sans précaution, etc.
Les symptômes, quant à eux, peuvent être très perturbants. Respiration sifflante, essoufflement anormal, toux, sensation d’oppression, réveils nocturnes, ces manifestations font mener la vie dure à nos chers petits !

En résumé, un asthme mal contrôlé peut avoir des répercussions sur la vie scolaire, sur la vie familiale, sur la vie personnelle des jeunes asthmatiques : mauvais résultats scolaires, absentéisme, sentiment d’exclusion, repli sur soi, hospitalisations… Et l’arrivée de l’adolescence ne facilite pas les choses !
Et les parents ? Hélas, nombreux sont ceux pour qui la maladie est source d’anxiété. Comme une crise d’asthme peut survenir n’importe quand, ils peuvent avoir du mal à tenir leurs engagements professionnels ou personnels.

Oui au sport !
Parfois, par peur de la survenue d’une crise d’asthme ou par crainte des moqueries de ses camarades, l’enfant asthmatique se détourne des activités sportives. Halte aux idées reçues : tout asthmatique peut et doit faire du sport ! Lorsque l’asthme est bien contrôlé, aucun sport n’est contre indiqué, sauf la plongée sous-marine avec bouteilles. Bien au contraire, l’exercice physique permet aux jeunes asthmatiques de vivre comme les autres. Prendre des précautions c’est se réentraîner à l’effort. Des programmes sportifs individualisés pourront les aider à se remettre dans le bain… sans angoisse et sans difficulté !

Et l’asthme d’effort, qu’est-ce que c’est ?
Il s’observe chez 70 à 90 % des enfants asthmatiques, souvent à l’arrêt de l’effort ou 5 à 15 minutes après. Les voies aériennes s’obstruent et l’enfant a du mal à respirer.
L’asthme d’effort se manifeste lors d’exercices intenses ou prolongés mais parfois aussi quand l’enfant joue, monte un escalier rapidement, etc. C’est le signe d’une inflammation bronchique significative. Elle nécessite de revoir son médecin pour ajuster le traitement.

Il est possible de prévenir cet asthme d’effort grâce à certaines mesures et/ou des médicaments. Par exemple, en s’échauffant avant l’exercice, en arrêtant progressivement (et non brutalement) l’activité, en évitant de faire de l’exercice pendant les périodes de forte pollution, de pollens ou de froid sec. La nage dans une piscine couverte et chauffée sera par exemple moins risquée que le patin à glace ou le ski de fond. Bref, prévenir cet asthme d’effort est possible.

Non au tabac !

La prévention du tabagisme est essentielle chez le jeune adolescent puisque c’est souvent à cette période qu’il fume sa première cigarette. Tabagisme actif, tabagisme passif, les deux sont nocifs. Les enfants exposés au tabagisme, même passif, ont souvent un asthme plus sévère. A l’inverse, l’arrêt du tabac s’accompagne d’une nette amélioration de l’asthme ! La loi Evin précise, pour les établissements scolaires, que les lieux fréquentés par les élèves doivent être non-fumeurs. Même les espaces aérés ! Un chef d’établissement ne peut donc autoriser les élèves et les professeurs à fumer dans la cour de récréation.

Difficile de se plier à la règle !

Se soigner c’est à la fois respecter des mesures d’hygiène et prendre son traitement de fond. Or, les adolescents sont à la recherche de leur autonomie et n’aiment pas se singulariser vis-à-vis de leur groupe. Le risque : un déni de leur maladie et un refus de se soigner correctement. Certains se sentent gênés d’utiliser en public leur aérosol doseur.

Par ailleurs, de nombreux enfants asthmatiques jugent les inhalateurs difficiles à utiliser et la technique d’utilisation est dans certains cas mal maîtrisée, ce qui justifie l’éducation du patient. Ces difficultés peuvent compromettre l’observance du traitement, comme le montre une étude chez de jeunes asthmatiques âgés de 8 à 12 ans. Celle-ci révèle que 58 % d’entre eux respectent la dose de corticoïdes inhalés prescrite en dépit d’un suivi correct du traitement déclaré. Les heures prévues des prises, quant à elles, seraient respectées dans seulement 32 % des cas.

A chacun son traitement !

La prise en charge de l’asthme persistant repose sur un traitement de fond qui vise à contrôler l’asthme et à utiliser le moins souvent possible les traitements de la crise..Ce traitement consiste à réduire l’inflammation des bronches. Il repose principalement sur la prise de corticoïdes inhalés . Ce traitement si besoin, peut être renforcé en y associant un traitement additionnel.

L’efficacité du traitement doit être contrôlée par des mesures régulières du souffle.

Lorsque la part allergique de l’asthme est importante, il ne faut pas hésiter à consulter un(e) allergologue qui proposera un contrôle adapté de l’environnement, voire une désensibilisation

Mais un enfant n’est pas un petit adulte. Lorsqu’il s’agit de le traiter, plusieurs facteurs doivent être pris en compte : contrôle de l’inflammation, commodité de prise, adhésion au traitement, effets secondaires, impact sur le quotidien de toute la famille. Pour cela les médecins disposent aujourd’hui de médicaments de fond sous différentes formes de prise : inhalées et orales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *